Les sources d'Inspiration

Les papillons de Mathias Ouvrard – Du rêve au bout des doigts…

Alors que les fêtes de Cornouaille battent leur plein, une petite galerie quimpéroise non loin de la majestueuse cathédrale accueille une exposition de toute beauté.

Lorsque l’on en franchit le seuil, le regard est immédiatement accroché et nous sommes comme transportés en un lieu exotique et paisible. Silence et beauté s’imposent et forment un contraste saisissant avec le brouhaha de la foule en fête, non loin de là.
Un décor de papier blanc, en relief, met en scène de superbes papillons. Grappes de fleurs et feuillages invitent ces insectes à se poser et à profiter d’un havre de paix.

   

Infatigable (Mathias peaufine encore ses décors) et souriant, Mathias vous accueille avec une grande modestie. Attaché à fixer les dernières découpes de papier de-ci, de-là, ce jeune homme prend le temps de répondre aux questions de ses admirateurs.

Mathias explique qu’il avait déjà travaillé sur le thème des papillons (la casquette présentée à l’exposition). Thème qu’il a alors voulu approfondir et qu’il travaille depuis maintenant près d’un an.

Les papillons les plus anciens sont exposés dans la première salle accompagnés de croquis sur papier calque, des différentes organza de soie utilisées ainsi qu’un échantillonnage de fils. On peut également y admirer son fameux crochet de Lunéville que les fans reconnaîtront aisément grâce au manche décoré par l’artiste lui-même.

         

Monochromes, multicolores, simples ou sophistiqués, chaque papillon brodé au crochet de Lunéville a sa propre robe.

Sous vitrine, on peut admirer l’étendue de la collection, digne des plus grands lépidoptérophiles. Chaque papillon est numéroté et ses composants décrits.

     

Dans la seconde salle, Mathias présente des papillons avec lesquels il a voulu “s’amuser un peu”.

Sous cloche, une envolée de papillons noirs, blancs et rouges s’élèvent vers les cieux.

Même les reflets des œuvres exposées semblent avoir été travaillées, œuvrant à un esthétisme saisissant. Deux couronnes trônent en point d’orgue à cette exposition.

   

Quand on lui demande combien d’heures il lui a fallu pour créer un seul de ces papillons, Mathias Ouvrard répond en souriant ” quelques-unes…”

 

Autodidacte en broderie de Lunéville, Mathias Ouvrard montre par cette exposition de qualité que travail et persévérance permettent de faire des merveilles !

 

Si vous voulez suivre son superbe travail, découvrir ses avancées, n’hésitez pas à rejoindre sa page facebook !

 

 

1 Commentaire

  1. Bonjour Peggy,
    Une bien belle expo à côté de laquelle je suis passée … pas vu d’annonce dans la presse locale, les expos textiles , pourtant rares ici, passent souvent à l’as … j’aime bien ce que fait cet artiste, différent des brodeurs locaux ! un beau reportage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires